UPA Saguenay-Lac-St-Jean UPA Saguenay-Lac-St-Jean

Nouvelles

Catégorie : , Écrit le : 20.08.2016

LA GESTION DE L’OFFRE TOUJOURS MENACÉE

Laterrière, 19 août 2016 – Les Producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean souhaite rappeler l’importance de la gestion de l’offre pour l’avenir de leurs entreprises et demande au gouvernement d’agir pour corriger les diverses lacunes de gestion des frontières qui minent l’efficacité de leur modèle depuis maintenant plusieurs années. Ils réclament des gestes concrets du gouvernement fédéral dans le dossier du lait diafiltré. Les producteurs, quant à eux, remplissent déjà leur part du contrat en fournissant du lait de qualité et ce, de manière à répondre adéquatement aux besoins canadiens. Or, les producteurs ont de nouveau été frappé brutalement au mois de juillet avec une nouvelle baisse du prix aux producteurs de près de 6 % par rapport au mois précédent, ce qui ne couvre pas les coûts de production d’environ 30 % des fermes laitières.          « Le gouvernement canadien doit comprendre rapidement que des milliers d’entreprises agricoles sont à bout de souffle à cause des pertes encaissées et que les producteurs n’auront bientôt plus le loisir d’user de patience dans le dossier. » mentionne M. Daniel Côté, président des Producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean.

 

Rappelons que les normes canadiennes sur la composition des fromages prévoient une limite claire et stricte à l’ajout d’ingrédients laitiers qui ne proviennent pas directement du lait.  Fabriqué expressément pour contourner les lignes tarifaires canadiennes, le lait diafiltré est classé comme ingrédient laitier par l’Agence des services frontaliers et exempté de tarifs. Une fois au Canada, l’Agence canadienne d’inspection des aliments le considère comme du lait, ce qui permet aux transformateurs laitiers de contourner les normes établies. En 2015, les producteurs laitiers canadiens ont perdu quelque 220 M$ en revenus en raison de ses importations.

IMG_3324[1]

« L’utilisation de lait diafiltré a d’importantes répercussions sur la région du Saguenay-Lac-Saint-Jean. La production et la transformation laitière sont des plus importantes et, présentement, le laxisme du gouvernement les atteint grandement. » tient à souligner M. Yvon Simard, président de la Fédération de l’UPA Saguenay-Lac-St-Jean.

 

La semaine prochaine, le Parti libéral du Canada tiendra son caucus dans la région et les Producteurs de lait du Saguenay-Lac-Saint-Jean profite de la présence du Premier Ministre et  du ministre de l’Agriculture et de l’Agroalimentaire du Canada pour leur demander un engagement clair et des actions rapides dans le dossier. « Malgré les nombreuses demandes que nous avons portées au gouvernement, nous sommes toujours sans engagement clair. C’est pourquoi nous souhaitons que M. Trudeau et     M. MacAuly s’engagent à appliquer les règles relatives à l’importation et agissent sur les différents programmes qui font du tort aux producteurs de lait. »  demande M. Côté, dans la lettre qu’il a envoyée à l’attention des membres du Parti libéral du Canada.

 

En 2002, à Saguenay, lors d’un caucus national du gouvernement libéral de l’époque, les producteurs s’étaient mobilisés contre les importations croissantes de concentrés protéiques et d’huile de beurre. À cette époque, le gouvernement libéral n’avait rien fait afin de corriger la situation et ce sont les conservateurs, en 2007, qui ont finalement agi pour corriger en partie le problème. « Il y aura bientôt un an que le gouvernement Trudeau est au pouvoir. Va-t-il se comporter comme les libéraux de l’époque où va-t-il agir? » se questionne M. Côté.

 

Les 313 fermes laitières livrent annuellement près de 150 millions de litres de lait, dont plus de 50 % est transformé dans les douze usines de transformation de la région. La production et la transformation laitière génèrent au Saguenay-Lac-Saint-Jean plus de 3 000 emplois directs, indirects et induits et contribuent à hauteur de 250 millions de dollars au produit intérieur brut.